Le Blog Audioprothesiste

Le Blog Audioprothesiste-57
Et c’est dommage car la question est bonne et sa réponse permet d’appréhender la seule différence entre ces deux types d’appareillages auditifs : la perte auditive à laquelle ils se destinent.Il s’adresse aux véritables handicaps auditifs, c’est à dire aux personnes pour lesquelles, sans appareillage, la socialisation n’est pas possible.

Aucune ambigüité sur la notice d’utilisation ou les matériels promotionnels ne doit alors laisser penser que cet appareil est destiné à des personnes souffrant d’une déficience auditive, aussi légère soit-elle » Donc, dans les faits : un appareil auditif disposant de la norme CE doit être nommé « dispositif médical » et un appareil auditif ne disposant pas de la norme CE ne doit pas être nommé « dispositif médical ». De nombreuses aides auditives préréglées de qualité (Orison de Seriniti, Octave de Sonalto, Audibest by Louis d’Evolu Pharm) disposent de la norme CE.

Au regard de la Loi, elles sont donc des dispositifs médicaux.

La presbyacousie représente 88% des troubles auditifs actuels et 95% des indications d’appareillage des médecins ORL.

Conséquence de notre monde moderne bruyant, la presbyacousie se manifeste plus précocement et touche de plus en plus de personnes.

Dans les cliniques auditives Marie-Josée Paul, vous serez accueilli par une équipe dynamique et attentionnée qui prodigue des soins sur mesure efficaces aux malentendants afin de leur apporter une meilleure qualité de vie au quotidien.

Consultez notre blogue pour lire nos dernières nouvelles et pour en apprendre plus sur différents sujets liés à l'audition. Leur finalité est, d’ailleurs, d’apporter un confort d’écoute aux pertes auditives légères à modérées, liées au vieillissement naturel de l’oreille, c’est à dire la presbyacousie.On note une exception liée à une stratégie de marque : l’appareil auditif Orison, de Seriniti, dispose de la norme CE mais, pourtant, la société continue de préciser que l’appareil n’est pas un dispositif médical (nous en parlions dans ). Principalement pour dédramatiser l’appareillage auditif, car le produit n’a pas de velléités d’appareiller les handicaps profonds et que la marque ne souhaite pas que ces utilisateurs assimilent son produit à .Nous comprenons ainsi que l’avis des utilisateurs d’aides auditives préréglées soit élogieux.De l’autre, les intérêts des grands groupes de prothèses auditives qui ont des charges colossales à amortir (salaires, frais de publicité et marketing, charges des boutiques dont le nombre dépend d’une stratégie de proximité : chaque cabinet ORL à, face à lui, une boutique d’audioprothésistes) et un savoir-faire destiné à une minorité de personnes, dont la majorité est déjà appareillée.3 presbyacousiques sur 4 refusent, aujourd’hui, l’appareillage auditif sur-mesure car, n’étant pas en situation de handicap, ils rejettent une offre pensée pour des pathologies lourdes (l’excellente prise en charge en moins) : En somme, pour les presbyacousiques, la différence entre le préréglé et le sur-mesure c’est comme si vous vous étiez fait une entorse et que l’on vous proposait un déambulateur au lieu d’une atèle adaptée.Il y sur le marché de l’audition, des intérêts opposés qui doivent être compris par les consommateurs car cela permet de mieux comprendre les enjeux des uns et des autres.Ainsi, au lieu d’adapter une partie de l’offre à la demande de millions de français, les audioprothésistes ont uniformisé leurs prix (vers le haut), négocié une meilleure prise en charge (quoique) et dénigrent les nouveaux entrants, qui leur font, forcément, du tort.La plupart des arguments contre les prothèses auditives préréglées se basent sur la distinction des appellations, comme si définir un amplificateur de sons « prothèse auditive » ou « assistant d’écoute » était garant de sa performance (et, surtout, de la satisfaction de l’utilisateur, ce qui est bien le principal objectif).Ainsi, certains n’hésitent pas à parler « Pour plus de clarté dans l’esprit du lecteur, revenons-en aux fondamentaux : que dit la Loi ?L’Agence Nationale de Sécurité du Médicament et des produits de Santé (ANSM), précise très clairement que les termes comme Les assistants d’écoute sont donc bel et bien des aides auditives, des prothèses auditives ou des appareils auditifs, appelez-les comme vous le souhaitez.

SHOW COMMENTS

Comments Le Blog Audioprothesiste

The Latest from vkusnosup.ru ©